Forum Paneristi dédié à la marque horlogère OFFICINE PANERAI


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

PAM 00127, revue & analyse.

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 17:35

pifpaf

avatar
paneristo
paneristo
La 127 est la PAM la plus mythique des années Richemont, moins chère que la PAM203, plus typée que la PAM232, plus bestiale que la PAM249, elle s'est imposée, non sans difficultés, comme la PAM la plus sexy dans le cœur des «Usual Paneristi ».


La Panerai PAM127, c'est la montre qui va enfoncer le premier coin sérieux dans le design Luminor Bettarini des années Pré-Vendôme. Tentative de réplique des Luminor 6152 des années 50-60, elle va reprendre dans les grandes lignes les caractéristiques des Luminors vintages.
Si le gros saphir bombé impressionna toute la profession lors de la présentation du modèle, ce n'est pas cette partie de la PAM127 à qui l'histoire a accordé sa grâce.
C'est le retour au boîtier "ogive", à l'instar des Radiomirs, exit les carrures droites, pour faire place à une certaine élégance désuète, design salvateur pour alléger le visuel de cette grosse montre (47mm contre 44 habituellement).
Conséquemment, ce coup joué un peu par hasard (Panerai à l'époque n'avait pas de stratégie autour des boîtiers vintage), va permettre à Panerai quelques années plus tard, en 2009-2010, de se démarquer de tous ceux qui ont copié les boîtiers coussins Bettarini à carrures droites.
Plus encore qu'Audemars avec la ROO, Panerai a imposé le 44mm comme taille standard de la montre sport, propulsant la taille moyenne de l'ensemble des montres Helvétiques de quelques millimètres.
Ce succès inattendu (par l'Officine, car sociologiquement le public attendait de grosses montres), a obligé Panerai à normaliser le 47mm, afin de rester une marque de niche segmentante (les surproductions de 2008-2009 ayant été un demi-échec). Cette normalisation est patente, le SIHH2011 présente ainsi 8 montres sur 15 en 47mm.
Ainsi, comme en résonance avec les déclarations d'Angelo Bonati voici quelques années, l'OP augmente son chiffre d'affaire sans pour autant se galvauder par surproduction.


Après des débuts difficiles, positionnée très haut tarifairement, handicapée par des photos soldats qui ne lui rendaient pas grâce, motorisée par un Unitas la dévaluant aux yeux des inquisiteurs de forums, engoncée dans un boîtier de 47mm, à presque 7000€, elle était relativement invendable les premiers mois.
Son réel succès commercial, en seconde main, suivit la courbe des succès de la PAM203 et PAM233.
Le prestige de la PAM203 rendit la PAM127 plus désirable. Et le coté plus grand public de la PAM233 constitua le chaînon manquant, permettant aux passionnés d'horlogerie généraliste de comprendre la passion Panerai hardcore.

Une fois que tout le monde eut enfin compris, les côtes s'envolèrent, la montre atteignant en moins de 3ans le double de son prix catalogue. Alors certes, les prix avaient seulement fait du *2, bien moins que les *5 de la PAM203, mais les côtes de la PAM127, diffusée à 1950 exemplaires (plus les éventuelles OOR), étaient bien moins artificielles que celle d'une PAM203, diffusée à moins de 200 ex en incluant la PAM267.
Pire, sa quasi-jumelle droitière, la PAM217 elle aussi éditée à 1950 pièces, a atteint les mêmes sommets.
Finalement, pour un tirage total tournant autour de 4000ex, entre la 127, la 217 et les divers OOR, les côtes ahurissantes parlent mieux que n'importe quel commentaire du niveau de désir que cette pièce a soulevé.

Blue Rover vs Blue Ferrari






Dans le détail, c'est une montre rare, trop chère (pour mon budget...), qui sort trop rarement des coffres, conséquence regrettable mais inévitable d'une surcôte.
Ce sont donc des montres difficiles à photographier, un collectionneur de WatchOnista ayant eu l'amabilité de me prêter la sienne.
Une heure trente pour la tester, je n’ai donc pas eu le temps de faire des photos «studios».
Avec une beauté comme celle-là au poignet, on fait le barbeau comme un contrôleur des transports un soir d'élections de la droite.


J'avais déjà eu l'occasion de passer celle d'EDI durant la soirée Paneristi.fr sur la péniche, mais les circonstances s'y prêtaient peu, avec l’impossibilité de vous écrire un papier digne de ce nom.

Première surprise au porté, c'est le poids: sans peser un âne mort, son poids est assez proche de mon ex-PAM285 «Subzilla». En acier plutôt qu'en titane, avec un double saphir presque aussi dense que le titane mais plus volumineux, c'est logique finalement.

La seconde surprise, c'est le relatif inconfort. Lié au bracelet? Lié aux positions de mon poignet?
Attitudes digne d'un contorsionniste Chinois, nécessaires afin d’éviter les reflets sur les photos.

La troisième, c'est le volume de la bête: autant les Rad 47mm sont portables par quasiment tous les poignets, grâce aux formes très particulières des anses fils et à un boitier très fin. Autant ici, il faut quand même avoir un très beau gabarit pour éviter le syndrome «ChickenWrist».

Enfin, les photos galvaudent cette montre: à force de la voir, on ne la comprend plus, et la règle d'or qui conseille d'essayer une montre avant d'en parler sérieusement, est plus que jamais d'actualité.



Ce qui surprend à l'essai par opposition aux photos, c'est la police, tip-top vintage, elle contribue beaucoup au caractère de la PAM127. Inversement, le «1950» façon Port-Salut se fait noyer par les reflets du saphir.
Le reste du cadran se fait oublier, car à l’instar du «1950», la petite seconde est presque invisible au porté; Le cadran noir tranche franchement avec le thème de la pièce, je l’aurais préféré chocolat.

Le saphir, justement, est un enfer photographique, mais son rendu dans la vraie vie est très différent; L'œil s'adapte très bien aux reflets, les grandes aiguilles dorées font le boulot, et la montre reste ultra-lisible.
Le contour du saphir déforme énormément les chiffres, les rendant assez peu visibles (ils sont par ailleurs plus petits que sur la PAM232). Personnellement j'adore, ça donne un effet «lunette de plongée», que d'autres aiment beaucoup moins et visiblement l'OP les a entendu: ainsi, les versions ultérieures de ce gros saphir présentent des bords beaucoup plus affinés...
Malgré le fait qu'il y ait eu des saphirs beaucoup plus délirants depuis (notamment celui de mon Amvox2), cela n'en reste pas moins le détail de finition qui a fait monter l'OP dans l'estime (teintée de peur) de ses concurrents.


Les aiguilles sont les mêmes que celle la 232, mais elle paraissent plus grandes, car la montre ouvre moins. Elles sont également plus blanches, renforçant le contraste avec le cadran noir.


La montre embarque un Unitas 6497 à 21600 a/h, qui bénéficie de l'ancienne finition avec les platines frappées, que je préfère aux côtes de Genève, bien que ces dernières soient plus historiques. Cette finition a disparu du millésime suivant, confirmant la PAM127 comme modèle de transition.


Le boîtier reste la grande force de cette montre, grand, galbé, fin, il combine sauvagerie et élégance, accueillant un Unitas très plat. Contrairement à d'autres boîtiers 1950 de chez OP, il sait respecter des proportions harmonieuses. Bien que son ogive ne soit pas symétrique contrairement aux boîtiers vintages, il oxygène la gamme Luminor de manière libératrice. Si le fini brossé est une erreur historiquement, c’est sans doute que les concepteurs ont jugé que le public n'était pas prêt pour un boîtier poli 47mm.
La position des cornes, trop droites, contribue sans doute à l'inconfort de la montre, les versions suivantes de Luminors 1950 auront des cornes plus tombantes.


Galop d'essai, débuts difficiles, la PAM127 a tout du prototype, et comme beaucoup de montres mal-aimées lors de leur sortie, elle s'est imposée (très vite, on est dans le monde Panerai) comme le «must-have» des Paneristi.
Aujourd'hui, même si le risque de galvaudage par la PAM372 est grand (comparatif dès qu'arrive ma PAM372), elle restera dans l'histoire Paneristique comme une montre charnière, la première de la phase de croisière de l'Officine, phase entérinée à ce SIHH2011.



2 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 17:47

veilside

avatar
paneristo
paneristo
Je n'ai pas encore lu mais déjà les photos sont Shocked

Merci a toi je lirais tranquillement ce soir de chez moi

3 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 17:55

Invité


Invité
Merci Malik pour la revue, j'ai l'impression qu'elle est vraiment énorme sur ton poignet, pourtant tu n'es pas un petit gabarit Wink

Je suis globalement en accord avec toi, cette 127 est vraiment une montre charnière chez OP; c'est un peu l'alta mater du courant néo-vintage de la marque florentine.

Je l'ai essayé aussi (celle de EDI aussi ^^) et là encore je te rejoins elle est beaucoup moins portable que la 232, elle passe sur mon poignet mais c'est moins agréable, sensation que je n'ai pas eu à l'essai de la 203, je ne saurai trop dire pourquoi.

Ps : la 217 c'est 1000 exemplaires, pas de OOR pour la 127 il me semble et je ne crois pas que le set d'aiguilles est le même que celui de la 232 (notamment l'aiguille des heures plus courte sur la radiomir).

4 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 17:59

Invité


Invité
12 OOR pour la 127 et 11 OOR pour la 217 PiVi.

Pour le reste belle montre, sauf le luminova vert qui ne lui sied pas. Aujourd'hui il y a mieux concernant la matière luminescente, donc autant en profiter.

5 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 18:02

Invité


Invité
valable a écrit:12 OOR pour la 127 et 11 OOR pour la 217 PiVi.

Ah ok Merci Mat' je savais pas du tout, je ne suis encore jamais tombé sur une annonce de 127 OOR.

6 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 18:16

La pie bavarde

avatar
paneristo
paneristo
Et le KKTOO, lui, qu'en dit-il, de cette montre de folie Shocked ?

Merci pour cette magnifique présentation! cheers

7 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 18:25

Invité


Invité
Merci pour cette revue Malik, une belle rentrée que voilà avec la 127 et une mise en bouche en attendant la 372... bounce
Je me souviens aussi très bien lorsque tu l'avais essayé durant le 1er GRPF.

D'ailleurs, j'ai encore la photo de la belle d'Edi à ton poignet, c'est vrai qu'elle avait bien tourné durant la soirée ! Twisted Evil


et sur le mien avec celle de Jean-Luc, le mexicain Wink


Caramba ! c'est là que je me suis dit que le 47mm, ça passe...! king

8 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 19:03

chgo

avatar
paneristo
paneristo
La 127 méritait une revue à sa hauteur. Elle l'a trouvée!
On attend avec impatience le comparatif avec la 372.
Merci Malik!
C.

9 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 19:39

alex06


paneristo
paneristo
Trés belle analyse ,d'une trés trés belle montre Very Happy qui me fait rêver

cordialement
Alex06

10 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 21:03

km'rol

avatar
paneristo
paneristo
merci pour cette revue , j'ai tjs adoré cette montre , sous réserve d'essayage , à 7 k je l'aurais prise à l'époque ... Sad

11 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 21:17

Certifan

avatar
paneristo
paneristo
Magnifique PAM et très bonne revue, merci...

(d'ailleurs, les photos me font penser à un endroit... Parc de Mon-Repos à Lausanne ?)

Razz

12 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 22:15

Invité


Invité
AAARRRGHHH, superbe revue et merci encore;

Tes photos la mettent bien en valeur mais à chaque fois mon regard vient buter sur ce " 1950 " certes minuscule mais bel et bien présent au milieu du dial.

Ce 1950, c' est la touche hommage en trop sur cette 127 qui me fait largement préférer la 217 ( si on peut les comparer, euh ,pas sûr ... ).

Ce 1950 , on le retrouve sur la 375 et encore une fois, c' est bien dommage.

J' avoue avoir la même aversion pour la typo " 8 days " des 190, 368 ou 345 dernièrement . Pourquoi pas " 8 Tage" ...

Que l' on ne me fasse pas dire ce que je n' ai pas dit , la 127 est mythique et reste un must have de paneristi;

a+

tomi

13 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 22:17

Invité


Invité
Merci pour cette belle revue

Par contre il est étonnant qu'elle te tombe de cette manière vue la carrure de ton poignet !

Par contre pour le "contrôleur des transports un soir d'élection de la droite", je dis : Malik tu es le king

14 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 22:27

Invité


Invité
Merci Malik pour cette belle revue, c'est toujours un plaisir de lire ta plume...
J'avais lu quelque part que le lancement de cette 127 aurait (aussi) été la conséquence du succès de la MM20,"hommage" de Ken Sato à la 6152/1 et contesté par Panerai qui s'en serait inspiré par la suite pour créer cette 127?
Je veux notamment parler de la finition brossée et de la PS qui n'était pas présents sur la 6152/1 mais sur la MM20.

Sinon, sur ce très beau modèle je regrette juste la présence du 1950 ainsi que l'inscription Reg TM sur le protège couronne. Vraiment je ne vois pas ce que ça vient faire ici. Mais bon. scratch ça reste selon moi une très belle réussite cette 127 avec un esprit vintage intéressant.




Dernière édition par helmut le Mar 30 Aoû 2011 - 6:54, édité 1 fois

15 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 22:48

Drax

avatar
paneristo
paneristo
Merci Malik. Revue intéressante.

16 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Lun 29 Aoû 2011 - 23:41

Invité


Invité
Super Malik une prose digne du sujet qu'elle traite cheers cheers cheers

17 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 6:15

domenico

avatar
paneristo
paneristo
très belle histoire elle belle montre merci pour ces photos Laughing

18 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 8:00

sebastien69

avatar
paneristo
paneristo
un énorme merci pour cette revue d'une montre qui restera mythique.

19 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 8:52

dexter

avatar
paneristo
paneristo
A mes yeux LA plus belle des Luminor "abordables" (par rapport à la 203...). Je le constate à chaque fois que je l'essaie (merci EDI), de même que je constate systématiquement que son diamètre et son ouverture de cadran sont un poil too much pour mon poignet... manque d'habitude npeut-être.

Merci Malik de partager ta revue avec nous, très instrucrtif Wink

20 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 9:37

HEAVY82

avatar
paneristo
paneristo
Merci beaucoup pour ce partage cheers Very Happy

21 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 10:05

jlg2

avatar
paneristo
paneristo
super merci et bravo pour cette revue de la belle ....et pour ta prose bien affutée Cool


cheers

22 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 10:28

Invité


Invité
La plume est superbe comme d'habitude, merci également pour certains rappels sur l'histoire de cette montre que je ne connaissais pas.

Cette montre est chère mais pas rare (comme le cheval), je l'ai croisé deux fois avec le même sentiment : énorme, mais quelle gueule! Et d'accord avec toi, le tout poli serait peut-être dur à porter pour un tel boitier.

Ps il fait toujours aussi gris au bord du Lac Wink

23 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 11:37

manta972

avatar
paneristo
paneristo
Merci pour cette revue cheers

La 127 c'est une montre qui a une sacré gu****, c'est un superbe objet...malheureusement complètement importable à mon poignet de poulet Crying or Very sad

Celle d'EDI au 1er GTG de Nov 2009:





24 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 12:26

Invité


Invité
Une petite question,
je ne suis jamais arrivé à avoir une réponse claire et définitive sur la question du levier de protège couronne dirigé vers le bas scratch

Livrée ainsi ou modifiée par les proprio?
Idem pour la 217.
Grazie 1000.

25 Re: PAM 00127, revue & analyse. le Mar 30 Aoû 2011 - 12:48

bertone1600

avatar
paneristo
paneristo
Merci pour ta revue, ça m'aide à mieux saisir l'Histoire de la marque !

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum