Forum Paneristi dédié à la marque horlogère OFFICINE PANERAI


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Revue OP-Forum : LUMINOR MARINA "8 GIORNI" - 44mm - PAM00590

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Salgado

avatar
Modérateur
Modérateur
Panerai Luminor Marina '8 Giorni' - 44mm - PAM00590




Modèle présenté au SIHH 2014, à diffusion initiale limitée puisqu’elle sera commercialisée l’année de sa sortie en exclusivité pour le continent Nord Américain à 1000 exemplaires.

Aux USA comme en Europe, c’est Le modèle qui a créé le buzz sur les fora lors de sa présentation.
De prime abord, on ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec sa lointaine cousine la 203, de par le badge ‘8 Giorni Brevettato’, qui bien que ne présentant pas un mouvement Angelus, dispose d’une RDM de 8 jours sur un mouvement maison P5000.

Cela étant, ses caractéristiques sont plutôt alléchantes avec tant de réminiscences historiques, en vrac :

1/ Le Badge ‘8 Giorni’ présent pour la première fois sur un Bettarini,
2/ La typographie blanche, si chère aux Ristis puristes que nous sommes,
3/ La petite seconde à aiguille noire, ça ne vous aura pas échappé car le set complet aiguilles noires est loin d’être systématique.
4/ Le Luminova vieilli, aspect « tritium » à la sauce 360 ou 390, auquel nous sommes désormais habitués,
5/ Le fond plein, avec un beau Siluro en plein milieu, comme sur la 390.
6/ L’inscription ‘Luminor Panerai’ sans ‘Marina’, encore une fois comme sur la 203.

Elle peut plaire ou non, mais avouons que ce ne sont pas les clins d’œil qui manquent et que l’ensemble est cohérent avec un modèle franchement désirable.







Voyons en détail ses attributs :


L’ECRIN

C’est ici notre habituelle boite en poirier avec son set complet :

- Un second bracelet en caoutchouc
- Un tournevis pour pouvoir changer de bracelets
- Le libretto (manuel d’utilisation) et le livret de garantie
- La chiffonnette
- Les différents stickers et protection de la montre

Le tout bien sûr avec la surboite cartonnée noire stickée et le carton qui contient tout cela.


LE BOITIER

C’est Le classique boitier BETTARINI en acier poli, dessiné par Alessandro Bettarini, chef designer chez Panerai à l’époque de transition entre 1993 et 1997 (passage à l’ère grand public, du préV à la période Vendôme).
Il a été légèrement modifié (en épaisseur, aux cornes et à la lunette) pour être adapté au mouvement P5000.

Ce boitier qui n’existe qu’en 44mm est typique de l’évolution historique des boitiers depuis la 3646 jusqu’à la 6152/1.
Jusqu’à il y a peu, il ne contenait ‘que’ des Unitas ; désormais, la gamme Bettarini est revue à la mode in-house avec en ce qui nous concerne ici un mouvement P5000.

C’est un boitier agréable au quotidien, marqueur fort de Panerai avec son protège-couronne breveté.






LE CADRAN

Sur ce cadran, il y a beaucoup de choses à dire.
De couleur noire à index peints dans une cavité légèrement creusée, remplie de SuperLuminova® vieilli, comme je l’ai dit, c’est la mode, on aime ou pas.
Ici, à l’instar d’une 360, l’ensemble est plutôt réussi.
 


Ce qui frappe immédiatement, c’est le badge ‘8 Giorni Brevettato’.

Pour rappel, seuls quatre modèles y ont eu droit et aucune Bettarini jusqu’à ce jour (GPF 2/54, 203, 341 et 339) . C’est donc une grande première, exit l’anglicisme de toutes les autres pour un badge plus ‘élitiste’, qui place d’emblée ce modèle dans une autre catégorie.

On pense immédiatement GPF2/54, 203, premiers mouvements manuels 8 jours de la marque mis en évidence à l’époque par la présence de cette petite seconde, qui était alors un marqueur identitaire des ‘8 jours’. Donc qui dit badge, dit petite seconde, c’est Historiquement logique.

Et comme sur ces quatre modèles, badge et petite seconde sont strictement symétriques, comme sur ces quatre modèles et notamment les trois derniers, les aiguilles sont de couleur identique.

Ensuite, la typographie est ici blanche, ENFIN !
Là aussi, c’est un rappel historique fort, tant pour l’inscription que pour le badge, comme sur la 203.

Et c’est justement cette inscription qui interpelle comme je le disais en préambule.
Point de ‘Marina’ alors que les cadrans chargés ne manquent pas, alors qu’en bas, ils auraient pu mettre un ‘Panerai’, alors qu’ils auraient aussi pu mettre un ‘Marina’ sans ‘Panerai’…
Non ! Cela semble être un choix délibéré de n’y inscrire que ‘Luminor Panerai’, encore une fois, comme sur la 203.

Alors bien sûr, vous me direz que l’on peut toujours trouver des coïncidences en toutes choses, mais tout de même, cela en fait beaucoup, rappelons-nous que d’emblée lors de sa sortie, tous avions fait le même parallèle.

Ce cadran bien équilibré, certains peuvent y reprocher l’absence du ‘3’ et du ‘9’, mais ce sont les concessions nécessaires à la présence des attributs qui font sa particularité, n’oublions pas que c’est un Bettarini 44 et non un 47, ce n’est pas la même ouverture de cadran qu’une 203 ou une 339 et encore moins qu’une 341.


LE FOND

C’est un fond plein, ce qui lui va à merveille.
C’est la réplique exacte du fond de la 390, avec inscriptions circulaires sur la bordure : numéro de série,  quantième et un beau Siluro gravé en plein milieu, rappel encore une fois du passé historico-militaire de Panerai avec ses hommes-torpilles.

Qu’ils sont beaux ces fonds pleins à SLC !

Au passage, l’étanchéité est classiquement limitée à 3 bars soit un peu plus de 300 mètres.





LE MOUVEMENT

Il s’agit d’un mouvement mécanique à remontage manuel manufacturé P5000.

D’un diamètre de 15 ¾ lignes (35,7 mm) et d’une épaisseur de 4,5 mm, ce mouvement compte 21 rubis et 127 composants.
Son balancier oscille à une fréquence de 3 Hz, ce qui correspond à 21 600 alternances par heure.
Son architecture rappelle celle des anciens mouvements dans lesquels le mécanisme était dissimulé par deux platines qui recouvraient une grande partie des engrenages et ne laissaient entrevoir que quelques détails, comme le pont du balancier et la roue intermédiaire.
Le balancier du P.5000 est à inertie variable : sa fréquence d’oscillation se règle grâce aux petites vis situées sur le périmètre de la roue et le spiral est libre, c’est-à-dire, sans la raquette qui sert initialement à modifier sa longueur active.
Le pont soutenant le balancier est fixé par deux vis sous lesquelles se trouvent des rondelles dentelées qui peuvent tourner dans les deux sens et servent à régler le jeu à hauteur de l’axe du balancier. « Cette solution technique permet à l’échappement de fonctionner parfaitement en cas de choc » assure la marque dans sont communiqué.
La longue réserve de marche de 192 heures, correspondant à 8 jours, est obtenue en montant en série deux barillets à bride fixe. Ce double dispositif permet d’utiliser des ressorts de remontage plus longs et plus fins, au profit de la durée et de l’uniformité de la distribution de l’énergie.

A noter que Panerai a choisi un dispositif antichoc différent de l’Incabloc habituel, désormais avec ses P5000, Panerai intègre des Kif Parechoc®.

En pratique
Le remontage se fait classiquement par déverrouillage du levier, traction en position 1er cran de la couronne et remontage vers le haut jusqu’au blocage du ressort.

En position de cran 2, réglage de l’heure, c’est classique.


LE BRACELET








C’est un strap assolutamente 24/22 en 115/75, avec boucle type préV polie.

Nous le connaissons, c’est strap qualitatif qui se patine dans le temps et colle bien à l’esprit du Luminova vieilli.
Au porter, il est souple et agréable.

Le set dispose d’un second bracelet en cuir noir 'vintage' aspect craquelé.


IMPRESSIONS

Visuellement, disons-le, nous sommes un peu décontenancés de prime abord, peu habitués que nous sommes à voir un Bettarini avec ce badge venu d’un autre temps.
Mais quand on y pense, que de retours historiques, que de petits détails réfléchis et si bien intégrés.
Pour un peu, si Panerai en avait eu le droit, ils auraient pu y inscrire un MM, nous n’en aurions pas été étonnés, elle en aurait l’étoffe tant elle se dénote du reste de la gamme actuelle.

Elle est à part, véritable pont entre le passé et le présent de la marque.

On en oublie le clin d’œil à la 203 pour n’y voir qu’une Bettarini d’exception.

Au porté:

La moindre épaisseur du nouveau Bettarini la rend plus confortable.
Le contraste du cadran : Typo Blanche/index façon Tritium/cadran noir
La petite seconde et le "8 Giorni" donne la sensation d'un équilibre parfait ; Ce qui n'est pas si évident en photo.







Positif
- Bettarini exclusif.
- Badge ‘8 Giorni Brevettato’.
- Typographie blanche.
- Fond plein avec Maiale.


Négatif
- Deux chiffres seulement, mais nous sommes sur du 44mm.
- P5000, peu de recul sur la fiabilité du mouvement.
- Diffusion initiale limitée aux USA.


Vos réactions et commentaires ICI


Revue : Salgado pour OP-Forum
Photos : Noel1844 pour OP-Forum



Dernière édition par Salgado le Lun 1 Sep 2014 - 11:09, édité 3 fois


_________________

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum